Les exorcismes dans les Évangiles

Pour nous joindre en toute confidentialité:

450-619-9363     514-961-8585

Prière au bas de cette page

Aujourd'hui encore, dans les trois religions monothéistes (Christianisme, Judaïsme, Islam) les rituels sur la matière existes depuis des centaines d'années.  Le mot "exorcisme" fait peur!  Nous utilisons souvent l'expression "prière de libération" pour expliquer les gestes d'amour et de miséricorde de Dieu pour ses enfants.  Pour les chrétiens, Jésus lui-même à donner ordre à ses Apôtres d'expulser les esprits mauvais.  Voyons ensemble les faits et gestes de Jésus Christ dans les Évangiles:

32116255_10156210118564870_5115789731573

Plusieurs exorcismes sont évoqués dans les Évangiles 221 qui racontent aussi des confrontations entre Jésus et le diable, en particulier les tentations (Mc, 1, 12-13 ; Mt. 4, 1-11 ; Lc, 4, 1-13). Pour G. H. Twelftree, la controverse de Beelzeboul s'inscrit dans un contexte historique. Les Évangiles racontent des exorcismes précis, et l'emploi du nom de Jésus dans les exorcismes le désigne comme un exorciste du Ier siècle 222 .

A l'occasion des exorcismes, Jésus ramène des malades-possédés à la santé, à la raison, l'individu possédé est ainsi "restauré" dans son intégrité. Les Évangiles présentent les guérisons et les expulsions de démons comme des miracles de Jésus : l'emploi du mot δυναμεισ indique que les malades bénéficient de la faculté divine de guérir 223 et non d'une magie suspecte. Les démons et les esprits impurs qui apparaissent au moment des scènes de possession ont plusieurs sens. Ils servent à identifier Jésus, ils montrent sa capacité à contrôler les forces de ce monde et de l'au-delà grâce au pouvoir de Dieu, ils font aussi éclater au grand jour la dichotomie existant entre les esprits impurs et l'Esprit Saint 224 . Le discours sur les "forces et puissances démoniaques" relève du panégyrique exaltant le sauveur victorieux c'est un avertissement adressé à la communauté 225 . La venue du Christ se résume alors par l'action qu'il accomplit contre les puissances démoniaques en général, et le triomphe de la croix s'apparente à la victoire remportée par le Messie contre le diable 226 . Jésus a été un exorciste, même si le mot n'a jamais été employé pour lui.

Les exorcismes du Christ se caractérisent par leur simplicité. Jésus les concède d'ailleurs parfois avec réticence 227 . Les miracles ne sont accordés qu'à des êtres humains souffrants, en particulier les pauvres et les marginalisés. L'ordre bref et sévère de partir adressé au démon, diffère des longues incantations magiques de son époque 228 . Le Christ n'adjure pas le diable et n'invoque jamais une puissance supérieure, au contraire, c'est le démon qui révèle le nom de Jésus tout en reconnaissant son autorité, en cela, Jésus ne fait pas d'exorcismes au sens strict 229 . Contrairement à l'exorcistique traditionnelle par laquelle c'est l'exorciste qui, au point culminant du rite, procède lui même à l'identification de Dieu pour chasser le démon, ce sont les démons qui identifient Jésus tandis qu'il leur ordonne de se taire. Les exorcismes du Christ sont prononcés de sa propre autorité, dans le sens d'expellere, c'est-à-dire expulser le démon, l'adjuratio per divina faisant défaut. L'expression hupage Satana - Vade retro Satana (Mt 16, 23 ; Mt 4, 10 ; Mc 8, 33) n'est pas un exorcisme mais une formule apotropaïque qui vise à écarter et à maintenir à l'écart, le destinataire n'est pas un démon possesseur, mais Satan l'Adversaire. Ainsi, les exorcismes accomplis par le Christ se caractérisent par l'emploi de formules brèves qui ont pour effet la transformation globale et durable de la personne guérie, il exorcise de sa propre autorité. Ce sont des miracles au sens strict du terme, ils ont une valeur de signe de la vertu salvifique de Dieu. Ces exorcismes charismatiques se distinguent donc des exorcismes rituels 230 .

Notes

221.

Les exorcismes sont ceux de la synagogue de Capharnaüm (Mc 1, 23-28 ; Lc 4, 33-37), de Gérasa (Lc 8, 26-39 ; Mc 5, 1-20 ; Mt 8, 28-34), de la fille de la syro-phénicienne (Mc 7, 24-30 ; Mt 15, 21-28), de l'épileptique possédé (Mc 9, 14-29 ; Lc 9, 37-43 ; Mt 17, 14-21), du possédé muet (Mt 12, 22-23 ; Mt 9, 32-34 ; Lc 11, 14). L'Évangile de Jean est le seul à ne pas comporter de récit d'exorcisme de Jésus, voir là-dessus, Eric Plumer "The absence of exorcisms in the fourth gospel", Biblica, 78, n°3, 1997 ; Jean-Marie Sevrin "Le prince de ce monde. La fonction christologique du diable dans le IVe Évangile", dans Figures du démoniaque hier et aujourd'hui, op. cit.

222.

G. H. Twelftree, Jesus the exorcist, op. cit., p. 136-143 qui confirme O. Böcher, Christus exorcista. Dämonismus und Taufe im Neuen Testament, Stuttgart, Berlin, Köln, 1972, p. 166-170 et voir Evrett Ferguson, Demonology of the early Christian world, 1984 ; R. Latourelle, Miracles de Jésus et théologie du miracle, Paris, Cerf, 1986 ; Gregory E. Sterling, Jesus as exorcist, 1993.

223.

Mc 5, 30 ; 6, 2-5, 14 ; Mt 7, 22 ; 11, 21-24 et Lc 10, 12-15, voir K. Kertelge, "Jésus, ses miracles et Satan", dans Satan, Concilium, 103, 1975, p. 45-53.

224.

K. Frieden "The language of demonic possession : a key-word analysis" dans The daemonic imagination, op. cit., p. 41-52.

225.

Sur les "forces et puissance démoniaques", voir : Ph 2, 9-11 ; Col 1, 12-18 ; 2, 15 ; Ep 1, 20-23 ; 1 Co 15-24 ; Rm 8, 38 ; 1 P 3, 22. Dans Ep 6, 12, Paul parle de la chair sujette à la tentation qui succombe à la puissance du péché. Voir K. Kertelge, "Jésus, ses miracles et Satan", dans Satan, Concilium, 103, 1975, p. 45-53.

226.

O. Böcher, Christus exorcista. Dämonismus und Taufe in Neuen Testament, Stuttgart, Verlag Kohlhammer, 1972, p. 167-175.

227.

Voir l'exorcisme à distance de la fille de la Syrophénicienne.

228.

Dans l'exorcisme du possédé de Gérasa, l'exorcisme de Jésus se limite à une très brève parole d'autorité.

229.

Voir l'exorcisme du démoniaque de la synagogue.

230.

Voir l'analyse de la possession et des exorcismes dans les Évangiles par P. Dondelinger, L'exorcisme des possédés selon le Rituel romain et son interprétation ecclésiale dans l'Occident contemporain, thèse dactylographiée, Paris IV-Institut Catholique, 1996, p. 183-232.

Une présence réconfortante

Nous constatons dans les Évangiles que Jésus se tient proche des exclus.  Il s'identifie aux personnes qui souffrent autant physiquement que moralement.  Jésus est celui qui tend sa main de tendresse pour celles et ceux qui ont recours à Lui dans la sincérité du cœur.  C'est pour la raison que Jésus, après avoir accomplit une guérison, dit à la personne libérer de son mal: "Que cela soit fait selon votre foi".  Donc, c'est la foi qui sauve d'une situation dramatique de l'envoutement et de la maladies.  Il ne faut pas confondre avec la magie... Jésus n'est pas un magicien.  Il délègue ses pouvoirs aux Apôtres sachant que les gens auront toujours besoin d'aide pour se libérer du mal qui les ronge. Jésus demeure le Médecin des médecins... il rappelle "qu'Il n'est pas venu pour les bien portant et pour les justes mais pour les malades et les pécheur.  Lui seul expulse et guérit.  Il donne le pouvoir à ses ministres ordonnés, prêtres et évêques, pour que se continue ses actes d'amour et de miséricorde.  Croire au bien c'est aussi croire au mal qui existe.  Malheureusement, l'un ne va pas sans l'autre.  Il faut combattre le mal avec les armes de la foi en Jésus Christ.  C'est pour la raison que nous offrons le service d'exorcisme (de libération).  Un premier contact par téléphone permettra de juger la situation et le niveau d'envoutement du lieu ou de la personne.  Une enquête sérieuse se fait avant de procéder si la situation l'exige.  En attendant, je vous laisse une prière à saint Michel Archange qui a fait ses preuves.  Priez là à tous les jours!  Si jamais la situation se dégénère, n'hésitez pas à communiquer avec nous.

ob_7eb98b_st-michel-archange.jpg

Saint Michel Archange,

défendez-nous dans le combat

et soyez notre protecteur contre la méchanceté et les embûches du démon.

Que Dieu lui commande, nous vous en supplions;

et vous, Prince de la Milice Céleste,

par le pouvoir divin qui vous a été confié,

précipitez au fond des enfers Satan

et les autres esprits mauvais

qui parcourent le monde pour la perte des âmes. Amen